A propos de l'artiste

bottle paint

Giuseppe Beppe Caliano est un artiste né à Naples en 1947

Comme beaucoup de jeunes de sa génération il a grandi dans la pauvreté. Sa famille survivait avec les maigres revenus de son père, employé de mairie. Giuseppe a grandi dans la rue et aurait pu finir délinquant comme beaucoup de ses camarades de quartier dont la plupart sont morts ou incarcérés. Sa chance fut d'avoir été élevé en partie par ses grands parents et malgré les bons plats cuisinés de la "Nonna" son cœur se souviendra éternellement de son grand père qui tenait un petit atelier de sculpture sur bois. Il y courrait dès la sortie de l'école pour regarder avec émerveillement le vieux monsieur transformer des billes de bois en statuettes ou en objets domestiques. Quand le travail était fini il voulait toujours entendre l'histoire de Pinocchio et son Papy invariablement la lui racontait. C'est ainsi que l'enfant est entré dans le monde du rêve et de l'art.

paint couple

Souvent il prenait les crayons que l'ancêtre laissait trainer sous ses yeux et dans un coin de l'atelier il passait de longs moments à griffonner sur les papiers gras qui trainaient. Parfois le vieux bonhomme lâchait un "Bravo!" comme seul les italiens savent le faire. C'est ainsi que plus tard le jeune homme qui suivait en pleurant la dépouille du vieux monsieur avait échappé à la misère implacable de la rue.

Giuseppe suivait à présent les cours d'une petite école d'académie dont le directeur était le fils d'un client de son aïeul qui l'avait pris sous son aile. Bien que plus âgé, M. Cesare entretenait une amitié sincère envers son élève à qui il prodiguait conseils, petits boulots et recommandations. Quelques années plus tard il lui conseillât de se rendre à Rome chez un ami éditeur de presse qui recherchait un dessinateur publicitaire.
Il s'y fit rapidement une place grâce à la qualité de son travail. Sa vie se passait uniquement autour du travail et de la chambre de bonne qu'il avait déniché chez une bonne vielle dame du quartier "Trastevere". Là aussi les plats étaient aussi bons que chez la Nonna!

Avec le temps il se lia à d'autres jeunes gens et un soir chez un ami, il rencontra Jeanne, une étudiante française en histoire de l'art. Ce fut le coup de foudre réciproque. Jeanne avait trouvé l'incarnation du bel artiste italien qu'elle poursuivait dans ses livres d'art et lui l'intelligence, le charme et la grâce que seule un française pouvait détenir. A la fin de l'année scolaire il quitta Rome pour Paris ou Jeanne devait poursuivre ses études et, les yeux écarquillés, il découvrit la ville lumière!
Il avait à présent 21 ans et la vie lui tendait les bras. Paris était bouillonnante d'agitation. Les quartiers Saint Germain, Montparnasse, les Puces, tout était comme un manège enchanté dans lequel il se balançait avec délice. Jeanne en ce début d'année 1968 suivait les cours à la Fac ou plutôt les piquets de grève car il y régnait une grande agitation. C'est ainsi que Giuseppe se vit proposer d'illustrer par des dessins les revendications des étudiants. Il fit rapidement la connaissance des principaux meneurs et devint l'un d'entre eux. Les manifestations allaient grandissant et l'affaire atteint bientôt une tournure nationale. Il rencontrât les plus grands intellectuels, journalistes et certains hommes politiques de cette grande nation. Il parlait un français correct plutôt amusant avec son petit accent latin!